Avare / Michel LEIRIS

Publié le par Bibliothèque municipale

Avare


M'alléger
me dépouiller

réduire mon bagage à l'essentiel

Abandonnant ma longue traîne

de plumes
de plumages
de plumetis et de plumets

devenir oiseau avare
Ivre du seul vol de ses ailes

Michel Leiris

(poème écrit en 1944, paru dans Haut Mal, Poésie/Gallimard, 1969)

 

Avec ces quelques lignes aériennes, Michel Leiris nous enseigne l’infatigable travail de l’homme pour atteindre la liberté.

Né à Paris en 1901, il était à la fois poète, ethnographe, critique d'art et essayiste. Mais c'est son œuvre autobiographique qui s'impose nettement comme la partie la plus imposante de son activité d'homme de lettres. Tout au long de sa vie, Leiris mêle son nom aux courants de pensée qui ont marqué d'une empreinte indélébile l'histoire de la littérature et des arts au XXe siècle, comme le groupe des Surréalistes.

Michel Leiris fait son apprentissage en poésie sous la férule de Max Jacob. Le langage apparaît d'emblée comme la préoccupation majeure de l'écrivain, l'objet de son écriture. Au début de 1930, Leiris parcourt l’Afrique pendant à peu près deux ans, exerçant désormais en plus de son métier d’écrivain autobiographe celui d’ethnographe. Tout au long de sa vie, Michel Leiris ne sera jamais sourd aux cris du monde qui l'entoure : très peu d'intellectuels auront signé autant de pétitions et de déclarations collectives que lui. Il est mort en 1990.

Poème choisi par EUGENIE.

Publié dans Poème du mois

Commenter cet article